Le talent de l’univers.

On entend souvent les gens dire qu’on vit dans une drôle d’époque, que l’Humanité part en couille ou encore qu’elle n’existe plus, que les Humains sont immondes, inutiles, tuent tout ce qu’ils trouvent, abîment, arrachent, assassinent. 

En un sens, c’est plutôt vrai. L’Humain a quand même pas mal de défauts, dont celui de se croire plus-ou-moins tout puissant face à la Terre qui ne va pourtant pas mettre longtemps à nous virer de sa surface. Je lui donne… allez, 150 avant de se débarrasser totalement de nous.

Mais malgré tout ça, moi, j’aime l’Humain. Je l’aime vraiment ! Déjà parce que c’est la seule espèce avec laquelle je peux réellement communiquer, (Ciboulette ne compte pas), mais aussi parce qu’elle me fascine plutôt énormément quant à son talent. Car c’est vrai, l’Humain possède un sacré talent pour ce qui est de la création et de la réflexion. Du moins, la plupart des Humains qui m’entourent oui. 

Ma cousine par exemple. Elle danse. Ou plutôt, elle virevolte. La poésie qui se dégage de son corps lorsqu’elle ne fait qu’un avec la musique est assez incroyable. C’est fou ce que l’Humain peut faire de son corps. Physiquement, je veux dire. Alors certes, les paradisiers sautillent un peu, la pieuvre mimétique fait valser ses tentacules et le caniche marche sur ses pattes arrières. Mais leur création reste souvent très instinctive : quête de reproduction, instinct de survie, jeu étonnant du caniche… Mais aucun ne crée dans une quête spirituelle ou artistique. 

Et puis, certains brillent par leur capacités sportives. Ici, plus de quête artistique, mais plutôt stratégique et compétitive. Pourtant, sportifs et artistes sont poussés par la même passion et le même acharnement à rejoindre une certaine extase mentale par le bonheur que leur procure leur activité. La réactivité physique de certains, comme Kiwi, qui est capable de savoir pratiquer un sport avec un assez bon niveau en ayant à peine essayé, m’impressionne, moi qui n’aie jamais été capable d’attraper le moindre ballon. 

Puis il y a les chanteurs. Ceux qui utilisent leur voix pour faire vibrer nos tympans et hérisser nos poils de bras. Sylena et Mag, deux de mes amies les plus chères,  sont de ceux-là. Si les oiseaux « chantent » afin seulement de communiquer entre eux, nous chantons pour plus que ça encore. Par plaisir, par joie, par engouement, par extase, par désir. Écouter quelqu’un chanter, créer, s’éclater, c’est vibrer en même temps que lui et grâce à lui. Vibrons. D’ailleurs, si vous voulez vibrer aussi, allez écouter la voix de Selena sur son compte instagram @sylena_musics. Ça vaut le détour. 

Si je ne peux pas partager la voix de Mag, car elle ne chante que pour moi, non c’est faux, car elle n’a pas de réseau où l’entendre, je peux en revanche partager son intelligence. Intelligence que je n’aurai jamais. Cette fille est brillante. Elle possède un niveau de réflexion et une rapidité analytique particulièrement impressionnante. En 3h d’explications claires, elle m’a fait rattraper l’intégralité d’un semestre d’un cours auquel je n’avais pas pu assister. 

En fait, je suis impressionnée par les capacités intellectuelles et créatrices de ces gens. Comment la vie a-t-elle pu partir d’une simple bactérie pour arriver aujourd’hui à toutes ces connexions nerveuses qui constituent notre cerveau ? Ecrivains, poètes, philosophes, paroliers… Tant de facultés extraordinaires à savoir manier les mots de toutes les manières possibles. 

Une infinité de création et de pensées qui trouveront toutes leur place.

Oui, l’Humain a tendance à faire n’importe quoi. Détruire les autres, détruire l’autour, s’auto-détruire. Mais rien n’est toujours tout noir. Ou tout blanc. Il faut les deux pour que l’un existe. Sans Mal, pas de Bien. C’est pas moi qui le dit, c’est Daniil Harms. 

Empêchons l’Humain de trop faire n’importe quoi, luttons pour nos droits, pour l’environnement, pour la liberté, pour le bienêtre des animaux, pour la justice ; mais ne nous flagellons pas. Nous avons créé la musique, le cinéma, le football, l’automobile, la belote, la sculpture, la pétanque, le vaccin, la psychanalyse, la tarte au citron meringuée, GTA et le théâtre d’objet. Continuons à créer. 

Et comme l’heure est au talent de mes amis, finissons en beauté avec Cloud Evans car il le mérite.  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :